Violences conguales, que faire ?

Mon histoire

Dès mes premières années j’ai pu être témoin de violences conjugales et au fil des années, le calme était revenu mais depuis 2016, tout à recommencer.

Si vous vivez la même situation, que vous soyez un enfant, un adolescent ou un jeune adulte du foyer je vous propose des conseils afin de surmonter cela.

Relacher
la pression

Après chaque dispute de mes parents, je me suis senti très fâché. Au fur et à mesure, j’ai accumulé une certaine colère et une grande frustration. J’avais peur qu'une nouvelle dispute est lieu du coup j’étais sous tension constamment.

Pratiquez un sport ou un activé qui vous passionne. En fait, la colère peut s'avérer utile dans un sport, servez-vous de ce surplus d'énergie pour vous jeter dans l'en-but ou pour frapper un coup de circuit.

Se confier

 Il est vrai qu’il est parfois difficile de parler de sa situation, moi même j’ai eu honte des remarques que j’aurai pu avoir ou qu’on puisse porter un jugement et je me suis beaucoup isolée.

Il ne faut pas hésiter à sollicitez l'aide d'un grand frère ou même d'autres sources d'assistance autres que vos parents. Il ne faut pas avoir honte de ce qui vous arrive parce que ce n'est pas de votre faute.

Rester
en retrait

Il m'est souvent arrivé de me retrouver au centre de l'altercation, de devoir les séparer et de prendre parti. J'ai constaté à mes défauts que de choisir l'un ou l'autre, j'aggravai le problème mais que je blessais l'un de mes parents.

Ne prenez pas position et essayez de rester complètement à l'écart. Si l'un de vos parents tente de vous entrainer dans la dispute, soyez honnête et dites-lui que vous n'avez pas envie de choisir de camp.

En cas d'urgence